Les plaintes ne cessent de pleuvoir, après les propos polémiques tenus par Eric Zemmour sur CNews, fin septembre. À la suite des récents attentats devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, le journaliste politique avait déclaré, lors d’un débat animé dans l’émission Face à l’info, que tous les mineurs migrants étaient « voleurs », « assassins », et « violeurs ». Le 5 octobre, à l’instar de plusieurs conseils départementaux, la Convention nationale des associations de protection de l’enfant (CNAPE) a décidé à son tour de déposer plainte contre le chroniqueur TV.

A lire aussi : Migrants « violeurs » et « voleurs » : enquête ouverte après les propos polémiques d’Éric Zemmour sur Cnews

Une position que soutiennent de nombreuses associations adhérentes à la structure en ex-Midi-Pyrénées, comme ADES Europe, Anras, ARSEAA,  ASPE2A, AEP La Landelle, Itinova, l’association Sainte-Marie, Sauvegarde 31, ADSEA 09, Pep 09 et Sauvegarde de l’enfance en Haute Occitanie (Sehoc). « La CNAPE se positionne de manière très claire contre les propos tenus par Eric Zemmour qui qualifie de manière très violente et raciste les mineurs non accompagnés pris en charge par nos structures », défend Jean-Louis Losson, directeur général de Sehoc et délégué régional CNAPE Midi-Pyrénées.

Des propos « intolérables »

Localement, les associations adhérentes à la CNAPE se sont retrouvées, vendredi 9 octobre à Montauban, et ont décidé, conjointement, d’appuyer la décision de la fédération. Une manière de « combattre » les « propos intolérables » d’Eric Zemmour, « véritable appel à la haine », souligne Jean-Louis Losson. « Si l’on regarde la société par le petit bout de la lorgnette, il est facile de faire des généralités, poursuit-il. Il est inacceptable de tenir des propose aussi déplacés à l’égard de jeunes qui sont avant tout en difficulté. Ils n’ont pas besoin d’être affublés de tous les maux de la société. » Et de rappeler que les mineurs non accompagnés sont avant tout des enfants, qui doivent être « protégés et respectés ».

Les associations locales associées à cette démarche réfléchissent désormais à l’intérêt de déposer plainte elles-mêmes. La décision devrait être prise dans les prochains jours.

 

Crédit photo et article : La Dépêche.
Auteure de l’article : Hélène Deplanque